Ici Paris, AF 447 communiquez votre position...

Publié le par Nouloup

Chaque matin en se levant nous avons le plaisir d'aller bosser car ce que l'on fait nous l'aimons fort, nous avons aussi la fierté de porter un uniforme qui représente une image de la France, une histoire dans le monde de l'aviation...

Nous accueillons les passagers avec le sourire même les jours de blues, nous échangeons, certains nous marque d'autres restent indifférent... On embarque également à bord les passagers soucieux de passer un moment agréable dans un avion réputé avec un équipage qui a toujours fait la fierté du pays. On repère les enfants pour les pré embarqur ainsi que les personnes agées.
On jette un oeil sur les uns et les autres pour oublier personne, ils viennent à notre rencontre pour savoir si leurs bagages sont à bord, savoir à quelle heure ils arriveront ou encore s'ils peuvent changer de siège pour être à coté de leur famille...

Puis nous nous rendons à bord pour le briefing d'embarquement afin de leur transmettre les infos générales sur le vol, on discute parfois un peu quand cela nous le permet. En retour ils nous donnent des infos importantes sur le trajet et sur la mécanique en générale même si cela est hors de nos compétences mais ils le font car cela peut expliquer certaines choses comme un peu de retard parfois pour garantir la sécurité des passagers.

L'annonce arrive et on embarque les passagers en personnalisant l'accueil, cela peut également rendre moins effacés ceux qui l'étaient à l'enregistrement... Après l'embarquement il y a le rapport que l'on apelle l'indigo dans le métier chez nous... On se souvient de beaucoup d'entre eux... Celui qui nous a souris avec un bébé dans les bras, l'enfant qui vous donne les cartes d'embarquement sous les yeux fiers de ses parents, celui qui ne vous regarde pas et reste plongé dans sa conversation téléphonique et ceux fatigués d'un voyage très long qui a un sourire, un mot...

Alors je pense à ces enfants, ce bébé et ces vies en général du AF 447 qui a disparu on ne sait où, à cet équipage que l'on ne reverra surement plus, mais je pense aussi à celui qui à Rio a en tête, ces regards, ces sourires en se disant qu'ils ne sont surement plus là... Je pense à mes collègues hier qui ont du accueillir les familles des disparus, à l'équipage dont les familles doivent être tout autant effondrées...

Aujourd'hui, c'est toute la compagnie qui est meurtrie, il va falloir continuer son chemin en tentant de trouver des raisons, pas simple, le temps passe et il fait déjà son oeuvre peut etre pour effacer les traces de tout évenement en mer...

Je garde la fierté de porter cet uniforme, je le porte encore plus pour ceux qui ne sont plus là...

PS : Secretement j'essaie d'imaginer qu'ils ont reussi à amérir, à sortir et qu'ils attendent les secours, mais dans le fond...

Commenter cet article

fabienne 03/06/2009 18:46

rien à voir avec le postBON ANNIVERSAIRE!!!!BISOUS